Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 15:59

 

 

MOTIVATION DU DIALOGUE DANS LA DIASPORA 

LA CRISE DANS LA DIASPORA CONGOLAISE ET L’INTEGRATION SOCIALE

 

Il est regrettable  que la gouvernance, les élections de 2011 et leurs résultats soient à la base d’un malaise au sein de la classe politique d’une part, au sein de notre population et dans l’ensemble de la diaspora Congolaise d’autre part.

Les conséquences directes de cette situation de crise politique sont aussi violentes à l’intérieur et à l’extérieur du pays vis-à-vis des certains individus qualifiés des « Collabos ».

 

Cette crise politique a finalement radicalisé le phénomène « Combattants et Résistants », dont les victimes sont  non seulement les gouvernants  Congolais ou les tenants du pouvoir politique en RDC; mais surtout nos propres frères et sœurs qualifiés des « collabos », « pseudo-collabos », et « Co-collabos » par le simple fait de leurs connections et relations avec certains gouvernants Congolais Ce qui est totalement intolérable.

Néanmoins nous devons comprendre et reconnaître que le phénomène « combattant et Résistant» est le résultat de la fuite des cerveaux due à la mauvaise gouvernance; laquelle fuite et mauvaise gouvernance ont été accentuées par la caporalisation du pouvoir politique.

Frères, Sœurs, Amis et Relations des « gouvernants Congolais» sont devenus des « collabos », « pseudo-collabos » et « Co-collabos » ; et par conséquent victimes de par leurs connections.  Ce qui est injuste et inacceptable. 

Comme nous savons que la subsistance ou la lutte pour la survie exige, dans notre pays et même dans la diaspora, que tout le monde soit en connexion avec tout le monde. C’est-à-dire que tout Congolais par relation interposée devient collabo, pseudo-collabos et « Co-Collabos », selon une certaine opinion.

Par conséquent, c’est la guerre de tous contre tous, et la nation Congolaise et l’intégrité de la communauté Congolaise de la diaspora sont sérieusement menacées. Malheureusement, c’est un constat acceptable.

 

Congolaises et Congolais, que faire au stade actuel ? Nous devons comprendre que la République Démocratique du Congo et la nation Congolaise doivent exister avec ou sans le régime en place.

Pour arriver à ce résultat, c’est la raison d’être de cette réunion que nous qualifions de “Dialogue dans la diaspora”. Dans la diversité et ensemble, les questions à soulevées seront uniquement d’ordre intégratif, tout en épinglant les causes pour la sauvegarde de l’unité, la concorde et la solidarité au sein de la communauté Congolaise de l’Afrique du Sud. C’est ainsi que toutes les actions qui doivent être entreprises par les uns et les autres pour amener un climat de paix dans la diaspora Congolaise, ne peuvent être motivées que par l’intérêt général avec le dialogue comme arme efficace.

 

Aujourd’hui notre cher et beau pays est victime d’un plan hourdi de balkanisation, en même temps les problèmes internes liés à la bonne gouvernance, à la conquête et à la conservation du pouvoir politique divisent la classe politique d’une part et la population Congolaise à l’intérieur et à l’extérieur du pays d’autre part. Et par conséquent, le concepteur du plan de balkanisation trouve la possibilité de réaliser son dessein.   

En clair, cette rencontre, si elle est soutenue ; elle servira à absorber les antagonismes dans la diaspora, en insistant sur le fait que la politique doit servir et servira toujours à résoudre les problèmes et à privilégier l’intégration sociale et politique et non à amplifier les conflits. Pour ce faire, les stratégies suivantes seront envisagées au cours:

 

1. La dépolitisation de la diaspora Congolaise : Elle consiste à l’élimination

de la violence politique et son remplacement par des procédures des discussions et des compromis. C’est le dialogue dans la diaspora.

Le dialogue consiste à atténuer les conflits et à diminuer les antagonismes. En principe  ce dialogue devrait être initié par le pouvoir ou son représentant car ce dernier contient le monopole de la violence et que dans ces attributions, il doit œuvrer pour l’intégration politique et sociale de toutes les couches qui composent la diaspora Congolaise de l’Afrique du Sud dans le système politique bien que contesté par les uns et soutenu par les autres.  

La politique doit et devra être discutée que dans un environnement approprié et conçu à cet effet. Des plates formes politiques doivent être privilégiées, et les premières à encourager à ces fins seront les états majores des partis politiques, et non les lieux des business, les coins des avenues ni moins les églises. Le parlementarisme debout est l’une des principales causes de la politisation de la diaspora Congolaise. Et ce dernier est le produit fainéantisme et du vagabondage. 

 

Les méthodes révolutionnaires pour un soutien politique utilisées par les uns, les manipulations conservatrices du pouvoir utilisées par les autres dans la diaspora ; doivent laisser place à des méthodes réformistes de tolérance mutuelle.

La politique technique doit laisser la place à la politique héroïque ; la lutte sur le régime doit céder la place à la lutte à l’intérieur du régime ; et les revendications concrètes doivent l’emporter sur des critiques globales du système politique en République Démocratique du Congo et dans la diaspora Congolaise. C’est de cette manière que nous pouvons construire notre démocratie, dépolitiser l’espace sociale et privilégier l’unité. La tolérance doit être la règle dans les discours sur les enjeux politiques dans la diaspora. Voila le discours persuasifs et intégratif dont la population Congolaise à besoin.

 

2. Procéder à l’intégration sociale au sein de la diaspora : C’est un processus

d’unification d’une société. Et en principe, c’est l’œuvre du pouvoir ou son représentant.  La lutte politique et l’intégration  sont les deux faces de la politique.  

Nous devons retenir que, lorsque la légitimité politique est contestée dans un pays quelconque, cela devient une arme de lutte politique pour les uns. Mais cette lutte politique ne peut être aussi légitime que lorsqu’elle revêt un caractère d’intérêt général et lorsqu’elle se fait dans le cadre du régime politique. C'est-à-dire, au sein des institutions. C’est cela l’intégration.

Une lutte au sein des institutions crée toujours un consensus  qui devient à son tour  un moyen d’intégration politique et sociale. C’est pourquoi, l’intégration est le but principal de la politique comme nous l’avons dit précédemment. Mais les moyens de la réaliser ne sont pas toujours politiques : C’est ainsi que nous faisons un appel pressant aux pasteurs et hommes de Dieu de jouer pleinement leur rôle d’unificateurs, de rassembleurs et de propagateurs de la sagesse infiniment variée de Dieu, selon Ephésiens 3 : 10.

 

Aux différentes organisations mutuelles, nous suggérons en tout temps la promotion de notre culture, de l’amour de la patrie, de la connaissance des nos richesses à travers leurs rencontres. Et enfin, les partis politiques doivent s’adonner à l’éducation politique des leurs militants par et à travers des thèmes qui cadrent avec le patriotisme et les vertus de la démocratie.

« Nous tenons à souligner que, au sein de l’opposition, la politique est perçue comme une lutte, tandis qu’au pouvoir, la politique doit être  perçue comme un moyen d’intégration politique et sociale ».  

 

3. L’encadrement collectif : C’est l’étape finale sur laquelle l’Action et Bonne

Gouvernance doit s’atteler à l’issue du ce processus de dialogue dans la diaspora.

Cette stratégie d’encadrement collectif fera l’objet d’une discussion au sein des différentes couches de la communauté Congolaise de l’Afrique du Sud composant la diaspora Congolaise. Des propositions doivent venir des commissions qui seront constituées à cet effet au cours du dit dialogue.

C’est de cette manière que la diaspora Congolaise sera désormais une force essentielle pour le développement de la RDC.

En clair, ça sera la mise en place des procédés d’organisation sociale au sein de la communauté Congolaise de l’Afrique du Sud ; procédés qui permettront d’encadrer socialement les masses populaires, de mobiliser ses énergies, de les  canaliser et d’orienter leurs actions pour l’intérêt de la communauté Congolaise de l’Afrique du Sud. 

Cette démarche  n’est pas partisane. L’Action et Bonne Gouvernance veut que toutes les couches de la communauté Congolaise en Afrique du Sud y participent. Du moins par et à travers un échantillon représentatif. Dans l’organisation de ce dialogue, certains leaders d’opinions prendront la parole pour faire un état de lieu de la diaspora et quelques commissions (politique, sociale et culturelle) seront mises sur pied afin de faire des propositions concrètes autour des questions soulevées. 

L’Action et Bonne Gouvernance  a besoin des  soutiens et des prières afin que la paix règne dans les communautés Congolaises de part le monde et au pays.

 

Nous sommes convaincus, qu’il ‘y ‘a plusieurs manières de résoudre nos différents, seulement si nous pouvons nous tolérer mutuellement. La politique, lorsqu’elle divise la population, elle devient un danger public du fait qu’elle sera profitable qu’à une classe. Et cette population restera toujours aliénée.

Nous lançons un appel pressant à toutes les organisations et groupements Congolais de l’Afrique du Sud de bien vouloir nous contacter pour des discussions préliminaires autour de la problématique.

 

Que vive la République Démocratique du Congo.

Que vive la communauté Congolaise de l’Afrique du Sud.

Que vive l’Action et Bonne Gouvernance.

 

Serge Ntumba.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by action.good.governance.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de action.good.governance.over-blog.org
  • Le blog de action.good.governance.over-blog.org
  • : Ce blog est initié en vue d'inviter le peuple du monde à échanger sur la bonne gouvernance aux fins d'humaniser la planète...
  • Contact

Profil

  • action.good.governance.over-blog.org
  • Specialiste en Sciences Politiques et Administratives de Luniversite de Lubumbashi. Certifie en Bonne Gouvernance a l'Universite de Pretoria en Afrique du Sud.Pere de 3 enfants.
  • Specialiste en Sciences Politiques et Administratives de Luniversite de Lubumbashi. Certifie en Bonne Gouvernance a l'Universite de Pretoria en Afrique du Sud.Pere de 3 enfants.

Recherche

Liens